2017 - Mélodiatoniques

Lire l'article complet
2017 - Mélodiatoniques

Mélodiatoniques - 2017  

 

 

 

Compositions solos pour harpe diatonique.

Cet album 2017 réunit les solos de harpe que j'ai composé ultérieurement à ceux de l'album "air amadoué" (vol.1). Les cinq premières pièces sont inédites et composées en 2016.

- "Lointaine mélopée" me fait revoir un peu d' Orient extême,

- je peux ressasser "Mélodiatoniques" des minutes, ou bien des jours ou encore des semaines avec l'impression que tout n'est pas dit.

- "Harpe , valse et nostalgie" montre mon goût pour la valse, traitée sur un schéma de valse vénézuélienne qui repose elle-même sur l'apport de musiciens venus d'Europe.....

- "Fruit de ma passion" : c'est la revisite en ballade 3/4 d'une mélodie que j'avais écrite en style tropical - (Chinita de mi corazón)

- "Allons à Bel-air" : près de moi sur le panneau qui indique les stations jusqu'à Nation, Bel-air m'invite au voyage.

- Viennent ensuite les mélodies d'après "Air amadoué", et quand j'écoute le  tout je me dis que je n'ai peut-être perdu tout à fait mon temps à jouer depuis si longtemps dans mon coin par des froids de canard dans ce purgatoire plus long que prévu à Denfert.

Villejuif Janvier 2017

 

 

Article de Didier Saimpaul paru dans "Harpe-mag" N°17 Mars-2017 

 Pour écouter Pascal Coulon, il n'y a que deux solutions : s'enfoncer dans les entrailles du métro parisien, ou, plus confortable, acheter ses disques ! 

Le dernier en date « Mélodiatoniques » nous offre quelques pièces originales, composées en 2016, et revient sur des morceaux plus anciens. 

ʺJe peux ressasser « Mélodiatonique » des minutes, ou bien des jours ou encore des semaines avec l'impression que tout n'est pas dit... ʺ: jouer, rejouer pour son public métropolitain et pour lui-même, des dizaines (voire des centaines?) de fois les mêmes pièces, en développant, transformant, et en inventant toujours de nouvelles façons de tourner ses phrases musicales, de les harmoniser et de les ornementer, peut-être au gré des sons intérieurs ou extérieurs, des lieux, des personnes rencontrées ou des hasards du jeu ? 

Loin de chercher à les remplacer par des instruments plus chromatiques, Pascal Coulon tient à ses harpes diatoniques et continue à développer des techniques originales qui poussent toujours plus loin ce qu'il est possible d'en tirer.
Sur ces harpes, on ne peut qu' exceptionnellement jouer sur les changements de tonalité ; toute sa recherche s'oriente donc plutôt vers l'exploration de la mélodie, du rythme et de ses subtilités, la modulation, la « couleur » du son, et les savants mais harmonieux contre- chants. 

Il y toujours chez lui la sonorité, l'énergie, le « swing » propres au style « Llanera » comme on peut l'entendre dans Harpe valse et nostalgie et dans Fruits de ma passion, des morceaux sur lesquelles on pourrait danser si l'on savait faire tous ces pas compliqués des danses de là-bas...mais son inspiration s'est diversifiée, enrichie d 'apports multiples, en particulier au contact de l'Orient et du « Shamisen », pour aboutir à une musique personnelle, originale, toute en finesses, qui a du charme et sait malgré tout rester simple et accessible, populaire. 

Voilà qui s'appelle faire bon usage d'une harpe...diatonique ! 

 

 

Haut de page