Discographie

2017 - Mélodiatoniques

Lire l'article complet
2017 - Mélodiatoniques

Mélodiatoniques - 2017  

 

 

 

Compositions solos pour harpe diatonique.

Cet album 2017 réunit les solos de harpe que j'ai composé ultérieurement à ceux de l'album "air amadoué" (vol.1). Les cinq premières pièces sont inédites et composées en 2016.

- "Lointaine mélopée" me fait revoir un peu d' Orient extême,

- je peux ressasser "Mélodiatoniques" des minutes, ou bien des jours ou encore des semaines avec l'impression que tout n'est pas dit.

- "Harpe , valse et nostalgie" montre mon goût pour la valse, traitée sur un schéma de valse vénézuélienne qui repose elle-même sur l'apport de musiciens venus d'Europe.....

- "Fruit de ma passion" : c'est la revisite en ballade 3/4 d'une mélodie que j'avais écrite en style tropical - (Chinita de mi corazón)

- "Allons à Bel-air" : près de moi sur le panneau qui indique les stations jusqu'à Nation, Bel-air m'invite au voyage.

- Viennent ensuite les mélodies d'après "Air amadoué", et quand j'écoute le  tout je me dis que je n'ai peut-être perdu tout à fait mon temps à jouer depuis si longtemps dans mon coin par des froids de canard dans ce purgatoire plus long que prévu à Denfert.

Villejuif Janvier 2017

 

 

Article de Didier Saimpaul paru dans "Harpe-mag" N°17 Mars-2017 

 Pour écouter Pascal Coulon, il n'y a que deux solutions : s'enfoncer dans les entrailles du métro parisien, ou, plus confortable, acheter ses disques ! 

Le dernier en date « Mélodiatoniques » nous offre quelques pièces originales, composées en 2016, et revient sur des morceaux plus anciens. 

ʺJe peux ressasser « Mélodiatonique » des minutes, ou bien des jours ou encore des semaines avec l'impression que tout n'est pas dit... ʺ: jouer, rejouer pour son public métropolitain et pour lui-même, des dizaines (voire des centaines?) de fois les mêmes pièces, en développant, transformant, et en inventant toujours de nouvelles façons de tourner ses phrases musicales, de les harmoniser et de les ornementer, peut-être au gré des sons intérieurs ou extérieurs, des lieux, des personnes rencontrées ou des hasards du jeu ? 

Loin de chercher à les remplacer par des instruments plus chromatiques, Pascal Coulon tient à ses harpes diatoniques et continue à développer des techniques originales qui poussent toujours plus loin ce qu'il est possible d'en tirer.
Sur ces harpes, on ne peut qu' exceptionnellement jouer sur les changements de tonalité ; toute sa recherche s'oriente donc plutôt vers l'exploration de la mélodie, du rythme et de ses subtilités, la modulation, la « couleur » du son, et les savants mais harmonieux contre- chants. 

Il y toujours chez lui la sonorité, l'énergie, le « swing » propres au style « Llanera » comme on peut l'entendre dans Harpe valse et nostalgie et dans Fruits de ma passion, des morceaux sur lesquelles on pourrait danser si l'on savait faire tous ces pas compliqués des danses de là-bas...mais son inspiration s'est diversifiée, enrichie d 'apports multiples, en particulier au contact de l'Orient et du « Shamisen », pour aboutir à une musique personnelle, originale, toute en finesses, qui a du charme et sait malgré tout rester simple et accessible, populaire. 

Voilà qui s'appelle faire bon usage d'une harpe...diatonique ! 

 

 

2016 - Harpe en Signe

Lire l'article complet
2016 - Harpe en Signe

  Avec "Harpe en Signe", je mets des solos récents en regard de compositions plus anciennes incluant des participations de musiciens venus de divers horizons.

  Le dessin de la pochette vient d'une photo prise au pied de ma harpe où les gouttes d'eau provenant d'une fuite dans la voûte du métro avaient formé un surprenant motif, évoquantun oeil qui me scrutait avec différentes intensités, suivant les fluctuations provoquées par la chute de l'eau; le hasard voulant que cet oeil scrutateur s'installât au pied de l'instrument, de sorte queje ne puisse pas l'ignorer.

  De là l'évocation d'un signe mystérieux venu m'interpeller?  Les jours de pluie le clapotis des gouttes d'eau qui tombaient devant moi m'a inspiré "clapotis d'émotion", et d'influence aquatique encore, "des lyres au lac" et "chant de cygne". "Cordes de cristal" esprimant mon désir de syncrétisme musical.

  Pour ceux qui n'auront que ce CD, j'ai remis deux autres morceaux qui comptent pour moi: "Air amadoué" qui marque le moment où j'ai voulu m'affranchir des schémas inhérents aux musiques traditionnelles afin de chercher mon propre style musical, et "Ariette en tête" en quête de douceur et de nostalgie, morceau que plusieurs parents m'ont dit utiliser pour endormir leurs enfants.

La suite est un choix de morceaux du Cd "Harpe en sol" au tirage à présent épuisé dont "station Denfert" qui me rappelle le nombre d'années passées dans ces lieux.

Merci à Philippe Labroue, mon mentor.
A Villejuif début 2016 - Pascal Coulon


De "Harpes Mag" N°13 ,Mars 2016 - Didier Saimpaul :

Dans son dernier CD, Pascal Coulon, le barde du métro, continue à explorer avec entêtement un univers harpistique bien à lui, qui ne ressemble à rien d'autre.

Ces mélodies souvent toutes simples au départ, ces ritournelles obsédantes, répétitives, il les décortique, les reconstruit, les pare de multiples ornements rythmiques, pas à pas, obstinément, comme s'il voulait en presser tout le suc, en extraire tout ce qu'elles recèlent d'émotion.

Fait de techniques et d'accents sud-américains, mais aussi, souvent, d'influences extrême-orientales, son jeu est d'une grande pureté, d'une parfaite maîtrise, et comme sa harpe chante bien, dans son diatonisme subtil !

Les parisiens, finalement, vous avez de la chance, avec votre métro !

2015 - Harpe en Vol

Lire l'article complet
2015 - Harpe en Vol

Je voudrais juste mettre un commentaire concernant ma démarche musicale.

C'est la harpe vénézuélienne (llanera) qui m'a fait découvrir la harpe comme instrument au sens large, et j'ai passé des années à tenter d' en jouer correctement, faisant de nombreux voyages en Colombie et au Venezuela, et en France même, le service culturel de l'Ambassade vénézuélienne m' appelait régulièrement pendant les réceptions ou vernissages pour interptéter le répertoire traditionnel llanero colombo-vénézuélien et j'ai joué longtemps aussi dans le cabaret des Machucambos…… mais ma rencontre avec Yves Darcizas et la lecture d'un livre vénézuélien « el arpa en Venezuela » m'ont ouvert une nouvelle approche de l'instrument.

Un jour, de passage à Paris, Yves Darciszas vient me voir et me prête pendant une semaine une harpe qu'il a réalisé en Colombie à partir d' un exemplaire d' une harpe espagnole ancienne qui se trouve être à l'origine de la harpe llanera actuelle. Cette musique des llanos, je l'ai beaucoup aimée et elle m'a apporté beaucoup, mais comme dans presque toutes les musiques traditionnelles on y rencontre aussi des « ayatollahs » de toutes sortes.

Avec le web et la mondialisation les choses évoluent mais de ce que j'ai connu, pour celui qui est né dans un coin de la région des llanos, la harpe ne peut être que llanera et il faut la jouer de cette manière et pas autrement et si l'on n'est pas natif de cet endroit ça n'est pas forcement bien accepté et je peux comprendre cela car sans cette position conservatrice la tradition se perdrait plus vite, c'est sûr.

Mais de savoir que cette harpe llanera c'est à l' origine la harpe européenne baroque, cela me permet d'appréhender l'instrument sous cet angle et de chercher à m 'y exprimer en tant que français avec ma sensibilité française.

Je ne suis pas breton ni harpiste classique et je viens d'une région (Laon) qui n' a pas de tradition notable de harpe.

Au début je composais dans le style llanero car mon entourage me faisait penser qu'il n' en pouvait être autrement mais peu à peu les choses ont fait leur chemin et sans renier ce que le folklore  sud-américain  m'a apporté,  je peux dire qu' à travers mes dernières compositions, en l' occurrence les trois premiers morceaux solos du nouveau CD et du CD précédent ("Harpaije"), je me sens bien dans ma musique.

Par exemple, dans le morceau "froides rives" pendant que je le joue des heures dans le métro, en fermant les yeux, je me retrouve enfant dans mon village de l'Aisne quand je remontais la rivière (la Serre) dans ma barque au milieu des bois !!! d'ailleurs "froides rives" est le nom d'un lieu-dit.

Enfin, arrivé à mon âge après avoir beaucoup parcouru le monde, c'est merveilleux de pouvoir voyager au fin fond de mes souvenirs grâce à cet instrument magique qu' est "la harpe"....diatonique.

2014 - Harpaije

Lire l'article complet
2014 - Harpaije
Harpaije CD 2014 Harpe diatonique solo Pascal Coulon

Le présent CD commence avec trois solos de harpe composés dans la première moitié de 2014.

Harpaije & Harparêva ont égayé les matins parfois difficiles de certains voyageurs. Harpe en scènes regroupe plusieurs petites mélodies que je jouais à la suite au fur et à mesure qu'elles furent composées.

Merci à Philippe Labroue d'avoir trouvé le temps de reprendre l'enregistrement de mes nouvelles mélodies. Je pense chaque fois avoir fait le tour de ma harpe, qui plus est diatonique, mais de nouveaux filons soudain surgissent au fil de mes immersions dans l'antre du lion... de Denfert entre autres.

Je me suis retourné également vers la période où, pensais-je, la harpe ne pouvait se décliner qu'à la mode llanera, en repensant à ces magnifiques moments passés à la découverte de cette musique dans une frénésie de voyages. J'ai repris trois thèmes de cette époque : d'une part, deux mélodies que j'avais composées dans le style traditionnel llanero, mélodies qui résument bien, me semble-t'il, l'enthousiasme provoqué par mes premières visites à l'Indio Ignacio Figueredo dans sa ville de San Fernando de Apure au Venezuela, d'autre part, des varitions pour harpe et violon que j'avais écrites sur deux airs traditionnels vénézuéliens des llanos colombo (Buenos aires llaneros & Mi Camaguan).

La fin du tirage du CD "Nations d'étoiles" approchant, c'est l'occasion de faire un choix de morceaux afin qu'ainsi cet album ne disparaisse pas corps et âme.

La période des voyages terminée, il est temps pour moi de découvrir mieux à travers la harpe qui je suis réellement et pour cela, je la laisse parler tant qu'elle est d'accord pour continuer à le faire.

Villejuif, Août 2014

2013 - Rayonnances

Lire l'article complet
2013 - Rayonnances

Retours sur sons

Ce dixième CD contient mes dernières compositions et il revient aussi sur mes premiers enregistrements réalisés au Venezuela , lorsque je venais de découvrir la harpe sous sa forme dite « llanera » ou encore vénézuélienne ou colombienne.

Il s’agit en fait de la harpe baroque espagnole, introduite en Amérique du Sud pour être utilisée au départ dans les églises avant qu’elle ne passe dans le domaine populaire surtout dans la région des plaines (los llanos).

La musique llanera est riche d'un métissage où se retrouvent des éléments de baroque espagnol, de richesses rythmiques africaines et autochtones.

Il faut que je remonte à une bonne quarantaine d'années pour retrouver ces souvenirs de voyage avec aussi l’escapade de 8 ans au Japon et d'un an à Taiwan entre autres…

Depuis une décennie je ne bouge plus, je me terre et m’enterre dans des lieux souvent infernaux – Denfert – où mon cœur certes saigne ; mais riche de ces influences passées, je m’applique à contribuer au retour en douceur de cet instrument au cœur du vieux continent où la harpe classique avec son chromatisme, l’avait éclipsée.

Je remercie BERNARD WYSTREATE qui a joliment concrétisé mes contre-chants à la flûte basse, TONY BONFILS qui a posé sa contrebasse avec la chaleur de son talent, ALFREDO CUTUFLA qui a mis la batterie avec délicatesse, ainsi que son fils LUDWIG pour le vibraphone et CUCHI ALMEDA pour la justesse et la beauté de ses interventions.

Je joins quelques morceaux de « La HARPE VAGABONDE » afin qu’ils ne disparaissent pas totalement, le tirage de ce CD étant épuisé.

Et pour « boucler la boucle », je reviens sur mes compositions issues du premier de mes CD « CARICIAS DEL VIENTO » enregistré en 1997 à BARQUISIMETO (VENEZUELA) dont le tirage est lui aussi épuisé et dans lequel, je suis accompagné au cuatro, maracas et à la basse par CARLOS OROZNO, grand multi-instrumentiste et lui même Harpiste.

Je mets aussi mes variations sur des mélodies vénézuéliennes. La valse DAMA ANTAÑONA et des exemples de JOROPO dans AMIGOS Y PARRANDEROS (PAJARILLO-CHIPOLEAO) et SALUDANDO A LOS MAESTROS ( KIRPA).

Concernant CONCIERTO EN LA LLANURA de Juan Vicente TORREALBA, je ferai la remarque que dans cette interprétation, j'y ai mis mon vécu de l’époque à savoir une introduction japonisante, pays d'où je revenais, et une fin bien parisienne, quitte à peut-être indisposer le compositeur que je n’ai pas eu l’honneur de rencontrer ; je ne me voyais pas jouer cela autrement.

Enfin pour clore cette dizaine de CD, un ultime merci à PHILIPPE LABROUE avec qui (sauf pour CARICIAS DEL VIENTO) j'ai enregistré dans son studio tout, tout et tout.


Durée du CD : 1 heure 9 minutes

Mélodies originales de Pascal Coulon (1 à 13)

  1. Rayonnances
  2. Eclairs à l'Odéon
  3. Ariette en tête
  4. Soleil doré (solo)
  5. Harpe en carillon
  6. Fugue et danse
  7. Jardins oubliés
  8. Valse endormie
  9. Rayonnances (solo)
  10. Le jardin baroque
  11. Caricias del viento
  12. Mi Laïma
  13. Un jardin para mis hijos

Variations sur des musiques traditionnelles du Vénézuela :

  1. Amigos y parranderos
  2. Saludando a los Maestros
  3. Dama antañona - valse
  4. Con cierto concierto...

 

2012 - Air amadoué

Lire l'article complet
2012 - Air amadoué

Les Nuits de Mikonos ou le signe d'Eole

(ou le pourquoi du comment de ce CD)

"Je suis allé m’asseoir près des moulins,
Et j'ai tourné ma harpe face au vent.
Il rentrait dans la caisse par longues plaintes,
Faisant durer les sons d'une façon irréelle.

j'ai joué sur ce fond sonore d'une légèreté incroyable
En y mêlant au mieux les sons secs
Que mes griffes ne peuvent que faire.

Le moment était si bon qu’il reste gravé en moi
Comme un tableau vivant d'où je pourrai puiser
Des réserves d'enthousiasme et d'exhaltation."

Ecrit à l’île de Mikonos, en Grèce, en 1975...


Durée du CD : 56 minutes

Compositions solo de harpe : Pascal Coulon

  1. Air Amadoué
  2. Jardins oubliés
  3. Ariette en tête
  4. Soliloquio
  5. Récits d'hiver
  6. Calme matin
  7. Soir de promesses
  8. Valse en sous-sol
  9. Eaux de vies
  10. Eaux douces
  11. Eaux courantes
  12. L'oiseau lyre
  13. Balladamoi
  14. Tourbillonannces
  15. Balancelle
  16. Réveillance
  17. Valse de bonne journée

2009 - Arpaligato

Lire l'article complet
2009 - Arpaligato

Me voici parvenu au huitième de mes CD qui ne contient il est vrai que cinq titres inédits dont « Arpaligato » au milieu duquel j'évoque la décennie passée au Japon.

  • Dans « 2 pasajes pour paysage » j'ai écrit trois variations pour harpe, violon et contrebasse sur deux mélodies de pasajes llaneros (style musical que je suis allé écouter et étudier dans les plaines colombo-vénézuéliennes). Il s'agit de « Buenos Aires llaneros » et « Mi Camaguán ».
  • « Cordes nostalgiques » est une de mes compositions dans le style pasaje.
  • « Symphonie pour un tic-tac » s' éternise et c'est voulu.
  • Dans le titre « Valse en Java » ça fraternise.

Je veux dire aussi le plaisir ressenti lorsque les musiciens invités sont venus avec leur talent enrichir les mélodies nées aux aurores sur ma harpe dans les antres du métro.

2008 - Danza Harpe

Lire l'article complet
2008 - Danza Harpe

La Danza Zuliana est un style musical que j'affectionne tout particulièrement et j'ai déjà composé par le passé Danza Parisina, Danza de luz, Mi Laîma… J'ai donc choisi ce morceau comme titre de l'album.

Une fois passée la période d'enregistrement de mélodies composées tôt le matin dans les couloirs pas encore envahis du métro, j'ai entrepris d'écrire les contre-chants en vue des participation sur Danza harpe et Kodomos, Cœur allègre, Réveillance , Balancelle et la première partie de Rumor de fiesta.

  • Bernard Wystraete (flûte)
  • Eduardo Lubo (violoncelle)
  • Jean-Paul Bazin ( mandoloncelle)
  • Guy Leroux ( guitare)
  • Ricardo Sandoval (mandoline)

Il y a aussi la complicité fidèle de Cesar Andrade qui a écrit des paroles sur Barca de flores et Dias Maravillosos que nous avons choisi de confier à Hayley Soto pour les interpréter.

Mais ce fut aussi le plaisir de laisser libre cours au talent de Kent Biswell dans kilin-kilin, Doux spleen et Valse de bonne journée de Bernard wystraete dans deuxième partie de Rumor de fiesta de Julio Font dans la deuxième partie de Kilin-Kilin et de Echappée d'ailes et Sébastien Jimenez dans Valse de bonne journée et Balladamoi .

J'ai mis en Mosaico quelques solos de harpe pour garder l'atmosphère des mélodies composées aux aurores pour les parisiens matinaux. Komodos est dédié à mes 3 fils qui ont fait les dessins de la pochette du CD, Surtout merci à Philipe Labroue & Emiko Hattori qui ont rendu possible la réalisation du projet.

2005 - Nations d'Étoiles

Lire l'article complet
2005 - Nations d'Étoiles

Nation d'Étoiles, mon sixième CD, est l'aboutissement d'une nouvelle année d'immersions matinales dans les couloirs du métro parisien et je voudrais dédier « Chanson pour les Sans-Ciel » à tous les anonymes qui patientent dans cet étrange purgatoire, mi-refuge, mi-prison. Un lieu propice à laisser courir l‘imagination pour dessiner des nations d'étoiles aux confins d'un ciel que l'on ne peut apercevoir.

Parmi 14 compositions originales, j'ai pour la première fois écrit des parties d'intervenants de violon, contrebasse et violoncelle dans « Harpométro », « Air Noêl » et « Harpe en Fugue » et je remercie Alexis Cardenas, Claude Mouton et Jean Barthe qui se sont si aimablement pris au jeu.

C'est aussi la collaboration avec Elvita delgado et Cesar Andrade. Elvita a choisi de mettre une texte sur la mélodie « Nation d'Etoiles », rendant hommage au « Troubadour-Gentleman », le Maestro Cesar Andrade. Quant à Cesar lui-même, il a exercé ses talents de parolier et d'interprète dans « Al punto de Caramelo » et « Compadre Pimentel ». Il a aussi mis des paroles « Carruselito » que chante Elvita.

Pour les thèmes de style vénézuélien, j'ai eu la chance que passe par Paris Carlos Orozco, ce talentueux multi-instrumentiste vénézuélien qui m'a amicalement enregistré les parties de cuatro, maracas et basse électrique. Quand aux trois morceaux avec batterie je les dois à la participation de Alexandre Zanotti que je salue ainsi que Lionel Baracetti pour la marimba.

J'ai composé « Printemps florentin » pour Florence van den Eede de Bruxelles afin de l'encourager dans l'étude du violoncelle. Enfin, faute de l'appui sans failles de Philipe Labroue, cet enregistrement n'aurait pu voir le jour, comme les précédents d'ailleurs.


  1. Arpométro
  2. Carruselito
  3. Air Noël
  4. Nations d'Étoiles
  5. Étirements
  6. Cordes éoliennes
  7. Punto a caramelo
  8. Danzon chaloupé
  9. Compadre Pimentel
  10. L' harpenteur
  11. Harpe en fugue
  12. Pour les Sans-Ciel
  13. Misaki
  14. Printemps florentin
  15. Nations d'étoiles (instr.)

Musiciens invités :

  • Alexis Cardenas (violon)
  • Claude Mouton (contrebasse)
  • Jean Barthe (violoncelle)
  • Elvita Delgado (chant 2,4,7 paroles 4)
  • Cesar Andrade (chant 7,9 paroles 2,7,9)
  • Carlos Orozco (maracas, cuatro, basse)
  • Alexandre Zanotti (batterie)
  • Lionel Baracetti (marimba 8)
  • Florence van den Eede (violoncelle 14)

Co-production Pascal Coulon et SARL Studio Labroue Estela

2004 - Harpe en Sol

Lire l'article complet
2004 - Harpe en Sol

Tous les titres de ce CD (à l'exception du N° 14) sont des compositions originales que j'interprète à la Harpe des plaines colombo-vénézuéliennes « el Arpa llanera ».

La plupart de ces morceaux ont été composés aux aurores dans les couloirs du métro parisien quand tout n'est que calme et…(mais n'exagérons rien…).

Je voudrais remercier tous les participants en commençant par les amigos venezolanos, mais aussi français, argentins, chiliens, espagnols :

  • Venezuela : José « Cuchi » Almeda, Alexander Cardenas, « Seb » Jimenez Real, Franklin Lozada, Joel « Pibo » Marquez, Rafael Mejias, Roldan Peña, Cristobal Soto
  • France : Frédéric Fraysse, Christophe Le Van, Bernard Rousseau, Benoît Sauvé« Aliocha » Zanotti
  • Argentine : Juan José Mosalini
  • Espagne : Daniel Garcia
  • Chili : Sébastien Morales
Haut de page