Discographie

2001 - La Harpe vagabonde


2001 - La Harpe vagabonde

Le projet du CD « La harpe vagabonde… » correspond au travail effectué en collaboration avec Philippe Labroue entre janvier 2000 et avril 2001.

Mes précédents enregistrements étaient consacrés à la musique traditionnelle des llanos colombo- vénézuéliens (Caricias del Viento, El parisino llanero) et à des compositions dans le style tropical « orquidea- cumbia » (Pascal sin-con-fusion).

Le CD précédent (El parisino llanero) se terminait par un solo (Soliloquio) qui annonçait plusieurs des morceaux qui composent la première partie de ce nouvel enregistrement (Soir de promesses, Matin calme, Réçits d'hiver) où je souhaite mettre en évidence le timbre étonnement riche de cette « arpa criolla de los llanos - espagnole d'origine » (avec le juste équilibre entre les aiguës cristallines et les graves chaudes et rondes).

C'est donc à dessein que j'ai voulu débuter par des morceaux à tempo libre ou lent en laissant libre cours à mon inspiration ou en y associant la flûte à bec de Benoît Sauvé, le violon de Alexis Cardenas et la guitare de Roldan Peña, mais aussi dans Récits d'hiver la complicité des maracas de Cariasenry Orozco âgé de 11ans lors de l'enregistrement, concernant la valse Hatsuyukiya permettez que je tente de traduire le titre du Japonais « nuit de première neige ».

Pour ce qui concerne le titre du premier morceau Le Jardin Baroque, il est là pour aussi rappeler la filiation de l'instrument avec la musique baroque de la vieille Europe. Concernant le Mosaïco amanecer l'emploi de la formule harpe - maracas se réfère à la tradition de la harpe tuyera.

Je tiens à remercier Cesar Andrade pour avoir mis des paroles sur deux de mes compositions et particulièrement pour El Niño joropero. Quant au dernier morceau ce fut un plaisir que de chercher des variations sur El Pescador del rio Apure du poète Jose Vincente Rojas si bien chanté par Eneas Perdomo.

Il me faut également remercier la technique qui m'a permis d'avoir la participation over-sea de mon ami Carlos Orozco et de celle de son fils Cariasenry en direct de Barquisimeto, la « capitale musicale » du Venezuela, où j'avais enregistré le CD Caricias del viento.

Egalement un grand merci aux percussionnistes Gustavo Ovalles, Joel Pibo Marquez et Rafael Mejias pour la partie tropicale : Mi ternura, Kilin et Laïma ainsi que Caminito del barrio, et à la basse de Javier Padilla et la mandoline de Cristobal Soto.

Conscient que ce CD puisse dérouter par sa dispersion, j'espère néanmoins qu'il saura faire vagabonder…ceux qui vont l'écouter.

Retour
Haut de page