Harpe -magazine N°27- 2019

Read the full article

Point d’année sans un nouveau disque de Pascal Coulon, le barde de Daumesnil et autres lieux souterrains...et j’ai l’honneur de faire partie de ceux qui en reçoivent à chaque fois la primeur.

Et si tous les harpistes étaient comme lui...généreux ?

Pascal semble vouloir pousser sa harpe strictement diatonique aussi loin qu’il est possible en s’interdisant les ressources du chromatisme. Sa llanera redevenue sous ses doigts harpe baroque brode infiniment autour de mélodies sentimentales, pleines de charme, jamais tristes et qui ne demandent qu’à faire danser dans ces lugubres couloirs du métro...Moi qui ne suis pas souvent parisien, j’en viens presque à le
regretter !

D’un disque à l’autre on retrouve souvent les mêmes airs, mais joués encore autrement, enrichis de variations nouvelles, revisités par la grâce...et des heures de jeu.

Certains morceaux sont toujours accompagnés par la contrebasse puissante et discrète de Claude Mouton. Une nouveauté dans ce disque avec le basson de Gabriel Vernhes qui dialogue joyeusement avec la harpe et donne beaucoup de profondeur et d'écho aux mélodies, avec quelque chose de plus classique.

« Accords perdus » , un morceau presque flamenco,
s’enrichit aussi des percussions subtiles de
José « Cluchi » Almeida. « Pour les sans-ciel » est un
pur joropo superbement accompagné par des
musiciens latinos, Carlos Orozco et Alexis Cardenas au cuatro et au violon.

Pascal n’oublie jamais sa technique ni sa virtuosité vénézuelliennes et les met souvent au service d’une autre musique, la sienne, qui puise à de multiples sources. Ainsi la mélodie de « Ruelle des soupirs » a-t elle quelque chose de chinois ou de japonais... Mais il fait toujours merveille dans ces compositions inspirées de la musique sud-américaine, comme « clapotis d’émotion », une rengaine sentimentale à souhait...

A noter, comme d’habitude, l’excellente qualité de l’enregistrement du Studio Labroue à Saint Germain des prés, une bonne adresse.

Didier Saimpaul

http://www.pascal-coulon-harpe.fr/fr/art91/2019-la-cle-des-chants

2019 - La clé des chants

Read the full article
2019 - La clé des chants
2019 - La clé des chants

La clé des chants

Après avoir terminé un nouveau CD, et ce n'est pas la première fois, j'éprouve toujours le sentiment d'avoir fait le tour du sujet, surtout que ma harpe diatonique est privée des nombreuses possibilités que peut offrir le chromatisme.

Face à un vague sentiment de vide, je me replonge alors vers mes compositions passées, " tous ces fameux morceaux qui ne m'ont pas rendu célébre", et malgré tout, je retrouve dans certains d'entre eux de belles sensations et la conviction de n'avoir pas perdu mon temps.

Cela jusqu'au jour où viennent s'inviter dans mes cordes, les prémices de nouvelles mélodies, ce qui relance le processus et me pousse à retourner bientôt au studio de Philippe Labroue qui m'accueille pour de nouvelles aventures sonores; merci à lui pour cette fidélité.

 

 

2018 - Ode à Mamie

Read the full article
2018 - Ode à Mamie

Ode à Mamie

Cet album suit mon activité de composition matinale dans les couloirs du métro parisien.....entre autre, Sur le fil à Daumesnil.

Ayant retrouvé une viellie photo de la grand-mère qui m'a élévé, j'ai suivi le fil conducteur de cette précieuse retrouvaille pour dédier mes nouvelles compositions à cette chère Mamie depuis longtemps disparue.

Ode à Mamie, Harpe en comptine, Harpe en fête, c'est au cours d'une ballade nostalgique que je laisse aller mon inspiration entre un Vertige passager.

J'ai revisité cette belle mélodie argentine La peregrinación, de l'argentin Ariel Ramirez, qui donne d'une manière si limpide l'émotion religieuse que j'ai senti enfant quand je montais avec Mamie la "grimpette" du petit chemin qui longeait le vieux chateau de Marle-sur-Serre pour aller à la messe du matin.

  Que ma Harpe en gambadres sur les chemins et sur les ondes en Ronds d'eau porte l'Ode à Mamie là-bas très loin d'où elle pourra l'entendre.

A Villejuif août 2018, Pascal Coulon.

  Merci à Bernard Wystraete et Claude Mouton, que je connaissais, et à Ladislav Scathmary dont je découvre le talent avec ravissement.


CD 2018, disponible à la vente

Top of page